Twitter

A- A A+

bloc vide

 

BONHEUR MONDIAL - édition 2015

style-de-bouton-de-telechargement-rapidshare 30-584

 

L’indice du bonheur mondial est bâti à partir de 40 données statistiques qui sont regroupées en quatre chapitres :

  • la paix et la sécurité ;
  • La liberté, la démocratie et les droits de la personne humaine ;
  • La qualité de la vie ;
  • L’intelligence, la communication et la culture.

Les résultats supérieurs à 100 traduisent une augmentation du bonheur mondial et les résultats inférieurs à 100 traduisent une diminution du bonheur mondial.

Dans les tableaux récapitulatifs, nous privilégions la comparaison de 2013, dernière année statistiquement connue, avec l’année 2000, année de base, ainsi qu’entre 2005 et 2000, et entre 2010 et 2000, et cela pour une raison simple : les évolutions sont généralement faibles d’une année à l’autre, et il vaut donc mieux privilégier les comparaisons qui permettent de saisir les évolutions à moyen terme.

Les premières places sont toujours occupées par les pays nordiques, accompagnés et désormais parfois concurrencés par la Suisse et par l’Allemagne. Le Canada, l’Australie et désormais l’Autriche complètent le tableau des 10 premiers pays. Ceux qui s’interrogent sur les raisons de la présence des pays d’Europe du Nord aux premières places trouveront des réponses intéressantes dans le petit livre de Yann Algan et Pierre Cahuc, intitulé : « La société de défiance », publié en 2009 aux éditions Rue d’Ulm. Ce livre passionnant explique que la  différence de performances entre la France et les pays nordiques (Suède, Norvège, Pays Bas, Danemark, Finlande) vient du fait que les Français ne font confiance à rien (gouvernement, entreprises, médias, syndicats, justice) ni à personne : à la question : « Est-il possible de faire confiance aux autres ? », près de 80 % des Français répondent « non », alors  que 60 à 70 % des habitants des pays nordiques disent faire  confiance aux autres. Les auteurs de ce livre affirment que cette défiance explique non seulement les faibles scores économiques et sociaux de notre pays, mais ils affirment aussi (page 92) que c’est  la raison pour laquelle la France est relativement mal classée en termes de bonheur !